Stråla yoga, c’est quoi au juste ?

Si vous cherchez ce qu’est le Stråla Yoga sur Google, vous allez sûrement tomber sur des articles de presse (de journalistes mal informés) ou des yogis qui ont testé le cours et qui pensent avoir deviné ce dont il s’agit, en une unique heure de cours.

Parfois, c’est plus facile de définir quelque chose avec ce qu’il n’est pas. Dans le cas du Stråla, ce n’est pas : 

  • une chorégraphie apprise par coeur comme la Zumba,
  • un mélange de yoga et de danse,
  • du yoga « fitness ». 

Le mot Stråla est : 

  • un mélange de « Strenght, Balance, Awareness »,
  • un mot suédois signifiant « rayonner ».

Définir le Stråla Yoga

J’ai toujours du mal à définir le Stråla sans entrer dans le détail de tous les principes et dans les sciences comme celles du Relaxation Response
Disons concrètement que le Stråla est une pratique de yoga intuitive basée sur le mouvement et le ressenti

Trois éléments clés

  1. La connexion entre la respiration et le corps
  2. L’aisance
  3. Le mouvement naturel

Aller plus loin dans l’exploration du Stråla

Si on cherche à comprendre un peu mieux le Stråla, on y trouve plusieurs principes : 

  • La douceur

Être doux ne veut pas dire être mou, mais savoir doser son effort. 
On force toute la journée, et ça ne nous fait clairement pas du bien (hello les muscles ultra contractés et le stress omniprésent).
Essayez de limiter au maximum les tensions et les contractions inutiles en étant attentif à votre corps afin de vous adapter à son ressenti.

  • Connexion corps-esprit avec la respiration

Bougez en accord avec votre respiration, ce qui permet de faire le lien entre le corps et l’esprit. Vous vous connectez à vous-même, et vous êtes aussi bien plus fluide dans vos mouvements. D’ailleurs, la respiration est la source même de chaque mouvement : chaque inspiration élève et ouvre le corps, chaque expiration le relâche. 

  • Bouger à partir du centre du corps

Bouger que les bras ou les jambes a tendance à gaspiller de l’énergie pour rien, et à rien n’apporter de particulier au corps. Le centre du corps doit être à l’origine de chaque mouvement pour économiser l’énergie, mais aussi pour ne pas se déconnecter du corps. Nous sommes nés en une seule pièce, restons-le, même au yoga. C’est la clé de l’aisance. 

  • Mouvements opposés et élan

Les mouvements opposés vont jouer le rôle d’un pendule et permettre de prendre de l’élan. Pour avancer, on va d’abord reculer, comme dans le cas d’un guerrier inversé pour partir en guerrier III. Pour s’élever, on va partir d’en bas, comme du low lunge pour monter en high lunge. Ces mouvements contribuent aussi à l’harmonie du mouvement et à sa fluidité. 
Tout le monde sait que prendre de l’élan permet d’aller plus loin, en ne forçant pas plus. On vient utiliser l’élan pour économiser de l’énergie, et bouger avec aisance et douceur.

  • Principe de la méduse

Les défis paraissent moins difficiles en partant d’une zone confortable : accumuler les tensions n’est pas la meilleure des idées. Il vaut mieux avoir commencé là où on est à l’aise et confortable pour conserver son énergie et se lancer dans un challenge. 
Grâce à la respiration, à l’image d’une méduse, chaque inspiration crée de l’espace, et chaque expiration permet d’avancer, en utilisant entre autres les mouvements opposés grâce à l’élan. Au fil du temps, notre zone de confort et notre base vont s’élargir, et les challenges paraîtront un peu moins impressionnants. 
Par exemple, pour arriver en low lunge, on va d’abord inspirer et lever la jambe vers le ciel. Cela ouvre la poitrine et permet de prendre l’élan derrière, et en haut. Puis à l’expiration, on vient poser le pied entre les deux mains, et on relâche la pression.

  • Conservation de l’énergie

Chaque jour, dans la vie familiale ou professionnelle, on passe son temps à être contracté et stressé. Le soir, on est tout simplement épuisé. En Stråla Yoga, le bien-être et l’aisance sont les objectifs principaux. Le mouvement demande de l’effort, certes, mais certainement pas de tout contracter, ce qui n’a pas d’intérêt si ce n’est créer un stress supplémentaire et des tensions inutiles. On va alors utiliser ce dont on a besoin, et reposer le reste. L’idéal est de laisser le corps bouger à sa façon et de laisser notre attention se porter sur le ressenti pendant la pratique.

  • Le ressenti

« Yoga » veut dire « connexion », et quoi de mieux que la connexion avec soi-même pour profiter des bienfaits de la pratique ? 
Pour cela, on peut se baser sur nos sensations, qui savent généralement nous faire comprendre ce qu’il se passe dans notre corps : si on a mal, c’est clairement un signe de risque de blessure, en plus de nous imposer un stress. Mais si on est confortable, c’est qu’on a trouvé la bonne position pour son corps et qu’on est bien placé pour se connecter à soi, à sa respiration, à son bien-être.

  • Le mouvement avant tout

La plupart d’entre nous passent leur journée derrière un bureau ou devant un ordinateur. Le Stråla Yoga permet de contrebalancer ce mode de vie. Pour cela, on va favoriser le mouvement, le « yang ». Pour commencer, il est nécessaire d’avoir une bonne base, en prenant un maximum de place possible sur le tapis. En utilisant les principes ci-dessus, le mouvement devient fluide et facile.

  • Have fun !

Pour faire perdurer sa pratique du yoga le plus longtemps possible, il est indispensable de l’apprécier. Pour cela, laissons tomber le sérieux, et relâchons la pression pour s’amuser. 
Le yoga apporte certes de nombreux bienfaits, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas s’amuser un peu. La créativité donne envie de pratiquer, de découvrir de nouvelles façons de bouger. Voyez les challenges comme des jeux, riez de vos échecs, et voyez chaque seconde comme des succès.

Photo by Zyanya BMO on Unsplash

Un yoga fonctionnel

Le Stråla Yoga est un yoga fonctionnel : il n’y a pas de correction parce qu’il n’y a pas d’alignement à suivre. On le sait depuis un bout de temps : chaque corps est différent. Imposer une posture stricte n’a non seulement pas de sens, mais peut en plus être dangereux. On n’a donc pas à corriger vos postures, qui reflètent vos ressentis du moment. 

Ce f**king ressenti n’est pas là pour rien

Le côté intuitif du Stråla Yoga me paraît être le plus important. Il se base sur le ressenti : il est essentiel de faire évoluer la position du corps pour se retrouver quelque part où on se sent bien, pour détendre le corps et éviter les douleurs à tout prix (douleur = danger !). 
On utilise surtout le mouvement pour ça, à l’image du tai chi et du qi gong. 

C’est donc tout simple : arrêter de penser et se reconnecter à soi pour RESSENTIR.

En vous connectant à vous-même, à votre ressenti, et à votre corps (n’est-ce pas une bonne occasion de rappeler que le mot « yoga » signifie « unir » ?) et en oubliant la posture « parfaite », le cortisol produit par le stress disparaît pour faire place à l’ocytocine. Guider le mouvement et l’exploration autour des postures permet d’arrêter de réfléchir, et de se concentrer sur soi. 

Le Stråla peut parfaitement être défini comme étant une méditation dynamique, qui nécessite de lâcher prise de la perfection, d’être à l’écoute et en paix avec soi
Vous verrez que vous ne découvrirez que les meilleurs bienfaits possibles.

Photo d’en-tête : Julian Mathieu 

Auteur : Manon

Professeur de Stråla Yoga (500h) et de Yin Yoga (100h) à Brignoles et rédactrice web le reste du temps, assoiffée de nouvelles connaissances sur le yoga.

Un commentaire sur Stråla yoga, c’est quoi au juste ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *