Accepter d’échouer

Le monde du yoga aujourd’hui peut être terrible. 
Quasiment tout se passe sur Instagram, et pour impressionner ses followers, on ne lésine pas sur les handstands, les forearmstands, les crow poses, les dancer poses et les splits

On n’a pas à réfléchir longtemps pour se rendre compte que la posture de yoga d’aujourd’hui booste l’ego plutôt que de le réduire au silence comme c’est censé être le cas. cf. Le vrai yoga n’est plus

Les réseaux sociaux comme Instagram nous montrent des gens capables d’acrobaties, des résultats incroyables et nous poussent encore plus à nous sentir mal avec nous-mêmes et notre «  incapacité  » d’effectuer ces postures. 

Au yoga, le handstand et le crow pose sont deux postures qui prennent souvent la forme d’objectifs : 

« Quand je saurais les faire, je serais une bonne yogini. »

Ou pas… Tu seras surtout une bonne acrobate !

Le yoga ne se résume pas aux postures qui sont elles-mêmes source de boost pour l’ego. C’est même le contraire.

Lorsqu’on ne parvient pas à faire une posture, la frustration et la déception nous envahissent. 

Mais qu’est-ce qu’une posture va changer dans ta vie ? Rien.

En revanche, accepter la « défaite », accepter de ne pas réussir sans pour autant se résoudre à abandonner, c’est ça qui changera ta vie.

C’est le premier pas pour s’accepter tel qu’on est. 

Ne pas savoir faire une posture ne devrait pas être vu comme un échec ou une incapacité, mais plutôt comme un point de départ pour s’accepter et s’améliorer.

Voici quelques idées pour laisser l’ego de côté quand tu fais du yoga : 

  1. Ne regarde pas les autres. D’ailleurs, si le yoga est une habitude, essaie de ne même pas regarder le professeur, écoute-le seulement. C’est un moyen de te concentrer sur ta pratique, et de ne pas te comparer aux autres.
  2. Sors du moule. Explore, et trouve là où tu te sens le mieux dans une posture. Tu n’as pas à te forcer à reproduire exactement une posture inventée par on-ne-sait-qui, on-ne-sait-pourquoi. Trouve ton propre alignement. 
  3. Ne fais pas la course. Le professeur est là pour guider, mais c’est toi qui crées ton propre yoga. Prends le temps d’explorer, de bouger là où ça fait du bien. Montrer que tu vas plus vite que les autres, c’est te mettre en compétition avec le reste de la classe, quand les autres n’en ont, en réalité, rien à faire. 
  4. Fais une posture pour le feeling, pas pour la photo. On s’en fiche que la posture soit laide, on s’en fiche qu’on ait l’air bête en posture du squat. On est là pour se sentir bien.
  5. Connecte-toi à toi-même. Et pour cela, il n’y a rien de tel que la respiration. Suis-la, ne te concentre que sur elle, et le reste n’existera plus.
  6. Ne te donne pas d’objectif, si ce n’est celui de pratiquer sans rien n’attendre. Un objectif est source de frustration. Profite du moment présent. 

Terminons cet article sur un post d’Alexandriacrowyoga – il faut bien qu’Instagram servent à diffuser de bons messages aussi !

Photo d’en-tête : Photo by Gilles Rolland-Monnet

Auteur : Manon

Professeur de Stråla Yoga (500h) et de Yin Yoga (100h) à Brignoles et rédactrice web le reste du temps, assoiffée de nouvelles connaissances sur le yoga.

2 thoughts on “Accepter d’échouer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *